CHSCT académique au Rectorat puis audience informelle au sujet de la possible reprise progressive des cours à compter du 11 mai

Le matin, présidé par la Rectrice, se tenait le CHSCT (comité d’hygiène de sécurité et des conditions de travail) du Rectorat, présidé par un représentant de l’UNSA.

La Rectrice « veut avoir une vision très claire de la préparation du déconfinement car elle ne donnera pas de date couperet d’ouverture et assume le fait que si on n’est pas prêt, on n’ouvre pas« .
Sa priorité reste la santé des agents.

Comme la veille au ministère, les questions portaient sur :

le guide pour les bonnes pratiques en matière de télétravail, avec son corolaire : le droit à la déconnexion,

l’action sociale académique pour les personnels qui en ont besoin,

la possibilité de contacter l’un des membre de l’équipe RH de proximité, en effet durant le confinement des collègues murissent des projets professionnels comme une réorientation

Puis nous avons appuyé les conditions indispensables afin d’envisager une reprise.

Le prochain comité d’hygiène et de sécurité et des conditions de travail se tiendrait le 6 mai.

L’après midi, pour nous et des organisations qui ne siègent pas en CHSCT nous avons eu un échange informelle avec le DRH toujours en visio-conférence.

Visio conférence en présence du DRH M. JAILLET et Mme CHAILLAN (cheffe de division de la DEP) suite au CHSCTA (Académique)

Nous avons porté notre position telle que déjà exprimée par les syndicats réunis en intersyndical (voir ICI ).

La Rectrice confirme la réouverture progressive des établissements avec un plan de déconfinement qui sera proposé à la fin du mois.

Ce plan se base sur le cadre national, le Rectorat ajoute ses prérogatives et les directrices et directeurs pourront prendre des mesures en fonction des circonstances locales.

Les conditions de reprise sont en cours de rédaction dans un document qui sera à destination des chefs d’établissements du public des directeurs du privé sous contrat de tous les enseignants et personnels, des élèves et des parents. Il détaillera entre autres la préparation des établissements avant réouverture, la distanciation, l’hygiène, les locaux, le matériel de protection, les affichages, les conseils aux enseignants, les conseils aux parents, etc…

Si l’ensemble de ces conditions ne sont pas réunies, la Rectrice prendra la décision de ne pas rouvrir l’établissement. Elle a rappelé être responsable de la sécurité des personnels (enseignants des établissements privés sous contrat) et des élèves.

Elle a également indiqué que chacun devait prendre un petit temps de repos nécessaire.

Le rectorat travail tous les jours en consultation avec différents partenaires :

  • La Région et les conseils départementaux
  • Les inspecteurs et les chefs d’établissements
  • Un groupe de travail sur les risques psycho-sociaux
  • Un groupe de travail recherche avec des chercheurs de l’université de Grenoble sur le domaine de l’hygiène.

Avec toutes ces activités nouvelles qui prennent du temps au personnel du Rectorat, les avancements seront décalés avec effet rétroactif. Ils traitent environ 400 mails par jour en ce moment. Par contre, le calendrier du mouvement des maitre est maintenu car prioritaire pour organiser l’année scolaire suivante.

Concrètement, la reprise des cours serait échelonnée sur trois semaines en fonction des classes. Les classes seraient en demi-groupe, pas plus de 15 élèves par classe.

Le but n’est pas de finir le programme. Il n’y aura pas de double travail demandé aux enseignants. Certains établissements envisagent par exemple de demander aux professeurs de réaliser 1 semaine en classe puis l’autre semaine à distance. Tout est envisageable, il faut trouver de nouvelles manières de travailler tout en respectant son temps de travail habituel.

Pour les établissements privés sous contrat, il a été demandé si le matériel de protection est à la charge de l’Etat ou de l’établissement.
En effet, il nous parait normal que ce soit à l’Etat puisque les enseignants sont des agents publics gérés administrativement et financièrement par l’Etat et que le directeur représente la Rectrice auprès d’eux.

Chacun des établissements devra travailler à nouveau sur les notions d’hygiène, pour ses locaux mais également avec les élèves. Le protocole que nous remettra le Rectorat avant la reprise précisera en détails, allant jusqu’à des formations du personnel d’entretien pour adopter de nouvelles pratiques de nettoyage.

Plus de détails ? nous contacter

mickael.desbois@snep-unsa.fr

jean-louis.clot@snep-unsa.fr

Comme le 24 avril, le syndicat, pour ses adhérents, proposera une visioconférence, probablement le 6 mai lorsque se seront tenus les instances officielles

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *